mercredi 5 février 2014

Deux phrases du taulier repêchées dans un vieux "J'ai lu"

Je me confectionnai un verre de café glacé puis retournai sous mon parasol pour profiter du calme et méditer un peu. Il y avait quand même du bon dans le métier d'écrivain et j'avais beau me creuser la tête, je ne voyais pas dans quelle branche je pourrais retrouver une telle liberté si par malheur j'étais contraint un jour de me reconvertir. J'essayais de ne pas trop y penser, je savais que m'assoir derrière un bureau me tuerait. Je priais tous les jours un peu plus pour obtenir du Ciel qu'un genre d'héritage nous tombât sur la tête, et la nuit je jetais secrètement une pièce de monnaie par la fenêtre

***

La nouvelle, c'est un petit avion de papier que tu envoies dans les airs, tandis que le roman, c'est comme si tu devais arracher du sol un bombardier rempli jusqu'aux oreilles, tu t'imagines...?


Philippe Djian - Echine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire