lundi 3 février 2014

Sans titre

Venus pleure à l’arrière d’un taxi
Car l’homme que je suis baise les pieds
Ensanglantés
D’un Christ en bois

Ne laissant plus que la fatigue
Chantonner de sa petite voix

Que les taxis sont comme
Des filles perdues
Qui pleurent
Dans un monde
Sans croix


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire