dimanche 11 mai 2014

Un poème de Joachim Sin

 Image Mickey Rourke dans Barfly

Trop longs,
Ces jours mornes de pluie fine et de vent,
Trop longues,
Ces années sous la falaise de nos espoirs d'antan,
Trop longue aussi,
L'épitaphe de nes amis perdus dans les poussières du temps,
Interminable,
La décadence, de nos corps, ravagés par la mort, en sordide artisan.

Trop courts,
Ces moments de folie, de rire et d'amnésie,
Trop courts encore,
Nos baisers frénétiques dans l'instant qui s'enfuit,
Putain de trop courtes,
Ces heures passées en toi, en vertiges évanouis,
Effacée déjà,
L'image de ton visage, quand je te cherche, crevant de soif et d'air, au plus fort de la nuit.



Joachim Sin - Tous droits réservés - 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire