mardi 9 septembre 2014

De l'écriture....

Économiser la blancheur de la page, écrire au compte gouttes. Pas de doute, je ne suis plus jeune ; je cherche quelque chose...J'aurais pu continuer dans la même veine, comme le font certains ; or aucuns de mes livres ne se ressemblent ; nouvelles, poèmes, romans, je n'exploite aucun filon ; je me renouvelle ...Mais aux torrents de mots déversés avec fièvre, je préfère ceux que je pose sur la page comme on met au lit un enfant endormi...Ensuite, je les borde et je leur souhaite une bonne nuit. La maison est calme. Je somnole à côté de mon roman. Il faut qu'il émane de lui le prologue d'une sieste. Ma fortune poétique a duré peu de temps. J'écris sérieusement à présent, comme un clown appliqué le soir dans sa loge répondrait à une lettre de sa mère, après avoir tout donné, quand il n'y a plus de place pour le doute...
 
F.S.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire