lundi 27 octobre 2014

24-42


Quand j'avais 24 ans et que je me sentais affamé, désespéré, un raté social parfait, j'ai voulu me prostituer auprès de rombières. J'étais allé en costume à La Coupole où je me ruinais en cafés toute la journée, tentant mes chances auprès des femmes....Je coûtais à peine 50 euros pour deux heures de temps....J'ai une tendresse pour ce jeune homme qui dévorait "Moon palace" de Paul Auster et "Le hussard bleu" de Roger Nimier, s'éclairait à la lumière chiche de cierges volés dans les églises, vivait sous les toits dans un galetas infâme mais qui trouvais ça si romantique (so romantic ! ) (sic une jeune juive new yorkaise qui avait couché avec moi car elle adorait que je sois un poète français)...Que penserait-il de moi ce jeune homme s'il me voyait devenu fonctionnaire, aimant mon confort, ne désirant plus l'aventure mais le non changement où tremper mes humeurs, vivant douillettement avec une femme, chéri et aimé d'elle...Ce matin, c'est le brouillard sur Paris mais pas dans ma tête. Je préfère tellement ce que je suis à 42 ans qu'à tout autre âge de ma vie, surtout lorsque je songe à la cohorte interminable des fâcheux et des abrutis, des paumés de toutes sortes que je traînais dans mon sillage...Fallait -il que j’aime les gens, que j'ai du temps à perdre et que je sois naïf...Mais enfin, au moins ai-je vécu; mal , mais pour mon bien...Je peux privilégier à présent la vie de l'esprit, lever le nez dans le ciel des idées...et chercher l'amour de Dieu, car marcher le cœur confiant dans les pas du malheur, tenant la main au diable qui prenait mille visages, je connais...Il est temps d'éponger...

Sanchez Fabien copyright 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire