lundi 6 octobre 2014

La lecture de Serge Koster....

 
Plongé je suis dans la lecture de Serge Koster qui confirme toutes mes attentes après avoir lu et dévoré un de ces précédents livres aux Éditions Léo Scheer...Koster est un styliste, délicat, mâtiné d'un moraliste désenchanté comme je les aime. Sa plume étonne avec élégance, et dit tellement différemment de moi les choses de la vie, les sentiments, que je suis pris d'un vertige reconnaissant, devant l'élégance avec laquelle les mots et les verbes s'associent, s'embrassent pou...r délier des phrases stylées et élégantes et former des chapitres qui sont comme du velours pour l'esprit. Ah, comme il est agréable ce moment où l'on découvre un auteur qui vous plaît ! Ai-je envie de psalmodier...Et ce sentiment de joie tranquille lorsqu'on lit tous les titres que l'auteur a fait paraître et qui vous allèchent comme autant de vertueuses promesses : "Francis Ponge", "Léautaud tel qu'en moi-même", "Je ne mourrai pas tout entier" , "Le sexe et l'argent", "Le soleil ni la mort"...Dans les premières pages de cet opus, "Mes brouilles", l'auteur nous parle de Chamfort, Ponge, Léautaud...avec une délicatesse infinie. Koster, un styliste, une âme à vif, un homme fatigué : un auteur tel que je les aime....Je le sais client du Flore et habitué des vidéos de Roland Jaccard ; un jour peut-être prendrai-je un café en sa compagnie...? Il entre sans force, avec délicatesse dans la famille des auteurs qui comptent dans ma vie....Je vais poursuivre dans son univers, gageons que le transport continuera de livres en livres...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire