samedi 18 octobre 2014

Poème pour Alain Bashung...

Bashung


Tu attendais
devant moi sur le trottoir
d’en face
au départ de la rue
de Clichy
que le feu
passe au vert.
Je t’ai croisé
sans rien dire
en octobre
malheureux si j’ose dire.
Je mentais
malgré le jour
dans le tourbillon
du bruit et du vent
qui claque
à Clichy

où tombés du balcon
nous ne restons
jamais qu’un instant.


Fabien Sanchez - J'ai glissé sur le monde avec effort - Éditions La Dragonne - 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire