samedi 8 novembre 2014

La journée idéale pour Henry Miller


Se lever très tard, plein de sève et de vigueur. N’avoir aucune contrainte. Écrire quelques lettres – et si je suis en forme quelques pages. Mais surtout commencer par nager dans ma piscine. Et, en fin d’après-midi, jour pendant une ou deux heures au ping-pong.
Ensuite, après un dîner léger, voir un bon film, de préférence japonais (ils sont moins décevants). Baiser ? Pourquoi pas ? Mais est-ce bien indispensable ? Ce qui est vrai, c’est qu’une présence féminine rend la vie plus intéressante. Souvent exténuante. Miller ajoute : « Tout ce mystère sur le sexe… et puis tu découvertes qu’il n’y a rien… c’est le vide, une illusion, tu t’enflammes pour une fente avec des poils dessus. Ce serait drôle si tu y trouvais un harmonica…ou un calendrier ! Mais il n’y a rien là – dedans, absolument rien. »

Henry Miller

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire