samedi 25 avril 2015

CHOSES BELLES VUES DANS UNE JOURNÉE


Une jeune fille qui lit Kierkegaard dans le métro en
retenant une crise de fou rire.
Un homme qui dit « À lundi, au bureau, passe un bon
week-end ! » à une femme dans la rue puis fait demitour,
lui court après et l’embrasse sur la bouche.
Un petit enfant noir assis sur le quai à la station Gare
du Nord, le regard dans le vide, qui soupire et souffle et
marmonne un « Bordel de merde ! » de toute beauté.
Une vieille femme riche en manteau de fourrure, le
teint sinistre, à l’arrêt du bus 95, place Saint-Germain,
qui toise un bel homme à l’allure pauvre passant devant
elle et qui, du haut de sa superbe, se fait chier dessus par
un pigeon.
« Pour les pauvres il chante… », lui dit un vieil
homme, riche lui aussi, en jetant un regard mauvais vers
le ciel.
Un petit cul bien moulé qui va avec le visage parsemé
de taches de rousseur et la longue chevelure rouquine et
la voix cassée à la Janis Joplin d’une jeune fille ricaine,
genre San Francisco 1967, qui chante dans la rue sur sa
guitare You ain’t nothin’ more but a one night stand.
Un caissier de supermarché, au visage oriental, l’air
détaché du monde, qui me souhaite une bonne journée,
sincèrement, et auquel je souris, sincèrement, oublieux
de ma dent en moins.
Un contrôleur de la R.A.T.P. qui laisse passer un jeune
homme visiblement clandestin dont la peur se lisait sur
le visage.
Puis chez moi : un bol de riz blanc, un thé japonais,
de l’eau pour les fleurs, et Perfect day par Lou Reed.

Fabien Sanchez "Chérie, nous allons gagner ce soir" Editions la Dragonne, 2009.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire