dimanche 12 avril 2015

J'aime les perdants, ceux qui ne croient pas en eux, ni dans le monde, les fatigués, les épuisés, les déprimés, les voluptueux sans force, ceux qui n'ont pas d'ambition, les artistes sincères, les mélancoliques ; tout autant que le soleil, le ciel bleu, le pastis, les huîtres, le café, la sieste, le tabac, et parce que le monde m'a vaincu, je me suis tourné vers le ciel, comme un bagnard dans l’île de Vauban, et les anges et le christ m'ont pris dans leurs bras, car je suis un perdant, et que cela , je le sens bien, leur plait.

F. Sanchez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire