dimanche 19 avril 2015

Nietzsche et moi ne faisons pas la paire

Nietzsche ne m'aurait pas beaucoup aimé, et la réciproque eut été probablement vraie, tant il est exact que je le trouve bavard, obscur, verbeux, prétentieux, poussif et inutile. Bref, cet homme, qui a loué le surhomme et dit que Dieu était mort (les deux plus belles conneries que j'ai entendues) n'aime pas les chrétiens et les anarchistes, dont je suis. Je lui laisse la parole, à vous gentleman.
«Quand l’anarchiste, en tant que porte-parole des couches dégénérées de la société, exige avec une belle indignation le “Droit”, la “Justice”, “l’Égalité des droits”, il agit sous la pression de son inculture qui l’empêche de comprendre pourquoi il souffre au fond, et de quoi il est pauvre — c’est-à-dire de vie. […] S’il se sent mal, il faut que quelqu’un en soit la cause… Ainsi, sa “généreuse indignation” lui fait déjà du bien. Pour tous les pauvres types c'est toujours un réel plaisir de pouvoir proférer des imprécations — cela leur donne une petite ivresse de puissance. […]. Le chrétien et l’anarchiste sont tous deux des dégénérés. Quand le chrétien condamne, dénigre, salit le monde, on retrouve le même instinct qui pousse [l’anarchiste] à condamner, dénigrer, salir la société.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire