mercredi 13 mai 2015

Les oiseaux chantent, Billie aussi, mais je suis couché avec du lexomil car parfois, la réalité de ma pauvreté me submerge de négatives émotions...ainsi en va-t-il de ma fausse coolitude, qui remonte à la maternelle, quand je faisais semblant de croire que j'étais un dur, en dépit du fait que je me faisais toujours chopé à la sortie, et rincé comme je le méritais, car il faut flinguer les poètes tant qu'ils sont jeunes, parce qu'après, ça donne des rmistes à la manque qui coutent chers à la société.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire