samedi 2 avril 2016

Pauvre piano
Abandonné
Par la peur
Des fantômes
Est-ce une peine de cœur
Où une piste tourbe et tourmentée
De mon âme
Qui a fait que le sang vient du pianiste ?
Cueillons le soir
Ouvrons-lui la chaleur fantaisiste
Voici O dérivé du blues
Un pauvre piano
Sur lequel ne jouent
Que les fantômes
De l’enfance,
Pauvres pianistes.
Viens merveilleux et vieux piano
Je t’emporte dans mon sac à chimères et regrets
Louons l’écume de nos vies,
Doucement périr.


Fabien Sanchez- from "La route blanche" (à paraître)

1 commentaire: