mardi 5 avril 2016

Une pensée de Clément Rosset

L'affirmation du malheur est surtout l'affirmation d'un "être". Nietzsche déclare, en terminant "La généalogie de la morale", que "l'homme préfère encore avoir la volonté du néant que de ne point vouloir du tout". C'est-à-dire : il vaut mieux affirmer le malheur que de n'affirmer rien. C'est dans l'hésitation entre ces deux modes de représentation (le premier se représentant, l'autre s'avérant incapable de se rien représenter), qu'oscillent pensée tragique et pensée pessimiste. Le pessimiste s'accorde un bénéfice : en affirmant le malheur, il affirme toujours quelque chose. Bénéfice que se refuse la pensée tragique: pour elle l'être est impensable, mieux, aucun être n'est.En ce sens, on peut distinguer deux formes antithétiques de logique du pire : l'une (paranoïaque) dont la logique est d'affirmer (le pire), l'autre (tragique) dont le "pire" est de ne rien affirmer.


Clément Rosset -Logique du pire - PUF

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire