jeudi 14 juillet 2016

Je suis un homme du loisir, par écho, opposition ou prolongement scarifié de ce que je fus enfant : un fils de la mélancolie, brisé par le réel, venant juste de quitter le ciel des idées en empruntant la route, où étaient abolis l’ennui et le temps.
Paresseux mystique qui cherche son axiome dans le non agir, le non être, et la possession providentielle de quelques femmes, pour déloger Eros de leur âme et se consoler d’une chute sur terre qui, de blessure de vivre, devient infection mortelle. La peinture de mon chaos n’a plus assez de couleurs. Je reste ce dilettante défaitiste, qui réfugie dans la sieste, la Noria de ses rêves abîmés, les épines du monde, la lice des erreurs - l’extase farouche d’une inutile existence.

Fabien Sanchez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire