mercredi 21 septembre 2016

Penser à son amour de jeunesse, Leslie Sauvagnac, et se souvenir que l'exquisité de ses baisers je ne l'ai retrouvé sur les lèvres d'aucunes femmes. Elle fut mon amour parfait. Elle était belle, m'appelait son "poète égaré" et j'étais son Pygmallion. Enchanteresses années. Aucune femme ne l'a remplacée.  La vie est une sublime farce, pleine de douleurs et d'ironie. Je l'ai connue lorsqu'elle était une jeune fille en fleurs et aujourd'hui, quand je la croise, je me demande où est passée cette délicieuse nymphe brune qui inspirait mes premiers poèmes, quand je pressentais que je deviendrais écrivain. "Ah, comme la vie sait nous humilier" (Maurice Ronnet dans Le feu follet)

1 commentaire: