vendredi 30 septembre 2016

Vive les putes, les suicidaires, les schizophrènes, les poètes, les atrabilaires, les maniaco dépressifs, les paranoïaques, les dingues et les paumés ; ils , elles, sont ma vraie famille, jamais sorti(e)s de l'enfance défigurée, l'enfance qui se faisait cracher à la gueule, l'enfance bafouée, martyrisée, qui sut donner aux âmes damnées la valeur cachée dans le cœur des suicidés.

1 commentaire: