mercredi 21 février 2018

Paul Auster, en passant...

 
Et plus il s'éloigne en compagnie de son doute, plus il se sent proche de la source de ce doute, de sorte qu'à la fin c'est la distance même entre lui et ce qu'il a laissé en arrière, qui lui permet de voir ce qui se trouve derrière lui : ce qu'il n'est pas et n'aurait pu être. Mais cette pensée ne lui apporte ni consolation ni espoir. Car le fait demeure qu'il a abandonné tout cela, et que dans tout ce passé consigné désormais à l'absence, à la nostalgie née de l'absence, il aurait pu un jour se trouver, s'accomplir, en suivant la seule loi qui lui fût imposée et qu'il transgresse maintenant en partant : rester.
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire