lundi 12 mars 2018

Extrait 1.

 
 
Nous bûmes notre thé, dans la sapience de l’instant présent, cependant que le jour se levait, et que nous paraissions devant lui, comme des fantômes, de pâles lémures, désireux d’être sauvés, l’étant déjà en partie, malgré ce paisible désespoir qui nous enveloppaient, que nous goûtions comme un suave poison – la vie, en elle-même, rien qu’elle, juste elle. Nous échangeâmes des sourires, comme résignés au destin. Nous étions assis devant l’autel délectable de l’aube..., et déjà, nos mots ne suffisaient plus. Ils devinrent inutiles, après les baisers, abîmés par les vapeurs de l’alcool.
 
(Extrait du roman "Un train est passé" à paraître le 20 avril 2018 aux éditions La Dragonne).
 
Tableau de Franz Kline.
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire