lundi 12 mars 2018

Extrait 3.


A mesure que le bus engagé dans ces artères funestes et lugubres, se rapprochait de ma demeure, je repensais à ce train que je n’avais pas pris. Je comprenais que j’avais fait là une immense bêtise. Montparnasse, Montmartre, Place de Clichy, Place des Vosges, Le Marais, Belleville, Saint-Michel…Tous ces noms que j’avais lus sur un vieux plan du métro qui appartenait à mes parents depuis les années soixante, il eut mieux valu les embrasser, m’y perdre, m’y étourdir ...les sens, être un piéton émerveillé et bousculé par la cohue humaine, perdu, plutôt que de redevenir le résident d’un lieu morne et sans vie, exsangue, ou rien n’était suffisamment immoral ; juste le ressenti d’un ennui légitime, qui n’induisait, quand on le quittait, aucune nostalgie. Je ne pouvais pas repousser suffisamment loin de moi – et ce en dépit de la présence de François – le sentiment du zéro infini, qu’il m’était loisible de mépriser, de dédaigner dans une extrême rareté d’idées. Et les lieux ne pouvaient perdre ce caractère mortel et carcéral qu’à la condition – pour moi – de puiser dans mes maigres réserves, l’énergie mystique de me confronter à de pareils abimes. Sans me déposséder de la douceur qui existait derrière le mot âme – précisément dans un lieu qui en était totalement dépourvu.
 
Extrait du roman "Un train est passé " - sortie prévue le le 20 Avril 2018 aux éditions La Dragonne.


Tableau de Barnett Newman.
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire