samedi 17 mars 2018

Rendez-vous au salon de l'Autre livre Dimanche 18 / 03

Je serai demain, Dimanche 18 mars de 15h30 à 16h30 sur le stand des Carnets du Dessert de Lune au salon de l'Autre Livre, Palais de la Femme, 94 rue de Charonne, 75011 Paris, en présence du camarade poète Christophe Bregaint, pour dédicacer mon livre de poésie "Dans le spleen et la mémoire".
Au plaisir de vous y voir !
 
 
 
 
 
Voici un poème du recueil :



Dire

(À Cyril Collard)



L’œil se scrute
écrivait Charles Juliet
mais que dire des mains
qui ne savent plus faire l’amour
des poèmes qui ne peuvent plus naître
des pensées qui se blessent sur la feuille
des mots qui saignent
que tu abandonnes
pour livrer au néant
des amis auxquels tu ne peux plus donner ;
vois au compte-goutte
les femmes que tu t’es mis à mépriser
ou trop aimer
que tu n’embrasses plus que par doses
homéopathiques
de l’enfant que tu n’as jamais eu
de la petite fille à laquelle
tu ne raconteras jamais d’histoires
de ta solitude dans les jardins publics
parmi les enfants des autres
et des bus
que tu ne prends plus que seul
de ton père qui n’est plus qu’une photo
des églises où voyant les fidèles
tu te demandes avec Gide
si c’est bien pour ces gens qu’un Christ est mort
que dire de la crucifixion en rose qui à présent te
tombe des mains
de ton vieux manteau vert
que tu ne peux plus voir en peinture
des principes bouddhistes auxquels
tu n’entends plus rien
de même les exercices spirituels de tel père du désert
des mots lumière amour vérité
que tu vomis
du rock’n’roll qui a fini de signifier
de Lou et Iggy à Thunders
de LA Woman à Transformer
même Miles ou Billie
les jours de pluie
sont comme des fruits pourris
et le nom d’Hemingway n’évoque plus la mer salée
les personnages de Carver
ont trop rongé le mauvais os de la vie
que dire ce soir
si ce n’est merci au clochard
qui te rend ton briquet
après que tu lui aies donné du feu
hélant un taxi dans lequel
une fois encore
tu rassembleras tes pensées
qui ressembleront
à ta vie
cette petite fille sans père
dans un jardin public
qui ne te tendra pas la main
car tu as préféré
la vie sans chemin.


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire