samedi 17 mars 2018

Samedi midi.

 
La force aujourd'hui s'en est allée, loin de ma vie, sans que je sache où ; elle s'en va, toujours, au loin, sans que ce lointain ait un nom, un territoire, juste une place vacante dans l'esprit ; le lointain ne recèle rien aujourd'hui, sauf en imagination, quelques figures abstraites. Aujourd'hui, je ne veux rien savoir, ni connaître, ni comprendre, juste écouter avec des oreilles d'enfant, Herbie Hancock, qui évoque très bien dans sa musique le lointain, d'où ses notes adviennent et retournent, sans que l'on puisse comprendre, analyser cet état de pleine conscience qui n'est que le reflet du vide qui se donne à travers l'ennui aux enfants les plus endurcis, aux cœurs les plus enflammés, et peut-être bien aux oiseaux, quand ils sont las de voler, mais aussi aux poètes quand meurent en eux les mots qui disent l'incomparable et souveraine puissance de souhaiter la vie.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire