lundi 11 juin 2018

Imre Kertész, en passant...

 
Fiasco total, tout ce que j'ai écrit ces dernières années au prix d'âpres efforts est bon à jeter. J'écris ces lignes comme si j'étais vivant. Mais je vis comme si je n'existais pas. Je ne peux pas suivre les jeux déprimants de mon corps qui se détériore, je ne collabore pas du tout avec mon propre esprit. Je ne sais pas ce qui m'arrive - à moi et à ma vie.
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire